entreprise en démarrage

Tatiana S.

Quels statuts juridique pour créer sa société ?

La création d’une société est une étape importante de la vie d’une entreprise.

Il faut donc bien réfléchir avant de se lancer. En effet, il existe plusieurs statuts juridiques qui permettent à une personne physique ou morale de créer une société. Dans cet article, nous allons voir quels sont les statuts juridiques les plus adaptés pour créer sa société.

La question du statut juridique pour créer sa société : quelles différences ?

Le statut juridique d’une entreprise est important, car il détermine le régime social et fiscal de l’entreprise.

Il existe plusieurs types de sociétés : SARL (Société à responsabilité limitée), SAS (Société par actions simplifiée), SA (Société anonyme) et SCI (société civile immobilière).

Le choix du statut juridique d’une société dépend de la nature de votre projet, des risques que vous voulez prendre ainsi que de votre situation personnelle.

Votre choix doit être en cohérence avec votre projet, mais également en fonction des avantages et inconvénients qu’offrent chacun des statuts.

Les différents types de sociétés : La SARL (Société à responsabilité limitée) – Cette forme juridique est souvent privilégiée pour les petites entreprises ou lorsque vous n’avez pas besoin d’assumer une responsabilité importante vis-à-vis du patrimoine personnel.

La SAS (Société par actions simplifiée) – Cette forme juridique permet une grande liberté au niveau du capital social, mais implique une responsabilitè individuelle illimitée sur ses biens propres. Elle est donc adaptée aux entrepreneurs qui veulent se protèger contre les risques liés à leur profession.

La SA (Société anonyme) – Cette forme juridique convient aux entreprises dont la gestion est centralisée et qui ont un actionnariat important.

L’actionnaire y exerce son droit de vote au cours des assemblées générale ordinaire ou extraordinaire sans avoir à justifier sa présence ni son intervention financière directe comme cela peut être le cas pour un associatif.

Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque statut juridique pour créer sa société ?

Pour créer son entreprise, il est nécessaire de choisir un statut juridique.

Il existe plusieurs possibilités et chacune d’entre elles présente des avantages et des inconvénients. Pour vous aider à prendre la bonne décision, voici une liste non exhaustive des différents statuts juridiques qui s’offrent à vous : L’entreprise individuelle (EI) C’est le régime le plus simple pour se lancer.

Il permet de bénéficier d’un régime micro social simplifié, c’est-à-dire que les cotisations sociales ne sont pas calculées sur le chiffre d’affaires réalisé, mais sur un forfait basé sur le bénéfice imposable. Par ailleurs, l’entrepreneur individuel est responsable solidairement des dettes professionnelles sur ses biens personnels.

Les sociétés de capitaux (SA, SAS…) Cette forme juridique permet au dirigeant d’être protégé par la loi en cas de faillite et également de limiter la responsabilité financière de sa société en cas d’impayés ou autres litiges.

La SASU (Sociétés par actions simplifiée unipersonnelle) Elle offre le même principe qu’une SARL sauf qu’elle ne nécessite qu’un unique associé qui peut être une personne physique ou morale. De ce fait, elle permet aux entrepreneurs ayant une activité secondaire de pouvoir tout gérer tout seul sans avoir besoin du concours d’autres personnes physiques ou morales. En revanche, les frais liés à la création seront assez importants car il faudra faire appel à un notaire et demander l’immatriculation au RCS (Registre du commerce).

femme d'affaires travaillant sur un projet

Les micro-entreprises : le statut juridique idéal pour débuter ?

Les micro-entreprises présentent de nombreux avantages pour les personnes qui souhaitent se lancer dans une activité indépendante. Cependant, il convient de bien choisir son statut juridique et de s’assurer que celui-ci corresponde à votre situation personnelle. Si vous souhaitez démarrer une activité indépendante, vous pouvez opter pour la création d’une micro-entreprise.

Les micro-entrepreneurs peuvent exercer plusieurs types d’activités commerciales ou artisanales : vente de produits, prestations de services, commerce en ligne… Ils peuvent également être professions libérales (médecin, avocat…). En fonction du régime social auquel vous êtes affilié (salarié ou non salarié), le statut juridique du micro-entrepreneur peut varier. Pour les entrepreneurs non salariés, il existe la possibilité de choisir entre le régime micro social simplifié (micro BIC) et le régime micro social normal (micro BNC).

Créer sa société en ligne : les étapes à suivre

En quelques clics, vous avez la possibilité de créer votre propre société en ligne. C’est un moyen efficace et rapide pour démarrer une activité commerciale.

Vous n’avez pas besoin d’un capital minimum pour vous lancer. En effet, une entreprise peut être créée à partir d’un euro.

Vous pouvez commencer par faire des ventes sur internet ou encore opter pour le dropshipping qui consiste à vendre les produits d’autres marques que vos propres produits.

Il est possible de se servir de son nom et prénom, du nom de sa société ou encore du sien propre.

La plupart des entrepreneurs choisissent cette solution afin de ne pas engager trop de frais administratifs et juridiques tout en bénéficiant d’une grande liberté. Par contre, il faut savoir que plusieurs étapes doivent être respectées avant la mise en place effective du site Internet.

Quel statut juridique pour quel type d’activité ?

Lorsque vous lancez votre propre entreprise, il est important de choisir le statut juridique adéquat.

Il existe en effet différentes possibilités et vous devez donc prendre le temps d’analyser les avantages et inconvénients de chacune d’entre elles.

Vous pouvez créer votre entreprise sous plusieurs formes juridiques : la micro-entreprise, l’EIRL (Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée), la SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle) ou encore la SARL (Société à Responsabilité Limitée). Pour faire le bon choix, il faut tenir compte de plusieurs critères, tels que votre situation personnelle, la nature de votre projet ainsi que vos objectifs.

Les statuts juridiques les plus courants pour créer sa société

Il existe de nombreux types de sociétés, mais dans la plupart des cas, il est important de choisir un type de société qui soit adapté à votre activité. En effet, si vous souhaitez protéger votre patrimoine privé ou que vous avez besoin d’un statut social particulier, il sera préférable d’opter pour un autre type de structure. Aussi, le choix du statut juridique dépendra également du nombre de salariés que vous envisagez d’engager.

A quoi sert le statut juridique de votre société ?

Il est important de bien choisir le statut juridique de votre entreprise. Ce dernier aura un impact sur la fiscalité et les obligations sociales, mais aussi pour les personnes auxquelles vous allez déléguer des pouvoirs en cas d’éventuelles erreurs.

Il existe plusieurs types de statuts juridiques pour votre société :

1) La SARL (Société à Responsabilité Limitée) : ce type de société est assez répandu en France. Cette forme juridique permet la protection du patrimoine personnel des associés tout en permettant une responsabilité limitée au montant des apports.
Les différents avantages de la SARL sont : – une grande souplesse dans l’organisation de son fonctionnement – c’est une formule qui vous permet d’être garant du respect des lois et règlements – vous pouvez augmenter ou diminuer votre capital social sans formalités administratives particulières – il n’y a pas d’obligation de publication annuelle au greffe du tribunal de commerce.

2) L’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) : ce type de société ne peut être constituée qu’avec un seul associé. Elle dispose des mêmes avantages que la SARL, sauf que les bénéfices sont directement imposés au nom propre du dirigeant.

Le statut juridique dans lequel vous allez créer votre société est très important. Vous devez choisir un statut juridique qui vous correspond et qui répond à vos attentes. Il faut que ce statut soit adapté à votre activité, à la taille de votre entreprise et au nombre d’associés que vous aurez en cas de création classique ou une SARL ou SAS si vous êtes plusieurs associés.