Science & Technologie

La 5G une révolution pour le domaine professionnel

Par Tatiana S., le 19 août 2020, mis à jour le 23 octobre 2020
Antenne 5G

Sommaire:

Comment fonctionne la 5G?


Une partie de la 5 G doit être constituée d’ondes millimétriques. L’armée française utilise actuellement ces ondes, mais les fréquences seront réattribuées aux opérateurs lors d’enchères, prévues en juillet ou septembre 2020. Pour une expérience plus continue, la plupart des opérateurs devraient intégrer leurs réseaux 4 G et 5 G. En plus d’augmenter le débit, le 5 G vise à minimiser au maximum la latence, le système devrait s’appuyer sur un réseau en fibre et un serveur cache au plus près des utilisateurs.

Une latence réduite

Avec la 5 G, le principal problème est la latence : la réduire à moins d’une milliseconde révolutionne l’utilisation des téléphones portables. Par exemple, il devient possible d’utiliser un futur casque de réalité virtuelle sans fil qui envoie une image de 4 K à chaque œil avec une expérience fluide et conviviale. La latence rend le surf plus réactif, ce qui entraîne une augmentation des vitesses.

A quoi sert la 5G?

Jusqu’à présent, de nombreux secteurs étaient trop dangereux pour être confiés à un ordinateur. Pourtant avec un débit jusqu’à 10 fois supérieur que la 4G, la 5 G et sa promesse de latence quasi nulle résoudront ce problème. Et les premières industries seraient certainement l’industrie manufacturière, les transports et la santé.

L’industrie est amenée à connaître un changement radical avec la 5G. Le nouveau réseau de cellules facilitera l’émergence de futures usines. C’est aussi un formidable moteur de l’industrie 4.0, synonyme de maintenance prédictive, d’entrepôts reconfigurables, de grandes données industrielles, de mise en réseau simplifiée, de flottes de véhicules autonomes, etc.

Il est évident que la 5 G peut changer la façon dont les usines sont conçues et interrompre les processus de production, en utilisant des robots et des capteurs.

La voiture hyper-connectée, le véhicule 100% autonome et le transport intelligent arrivent en avance grâce à la 5G.

L’objectif de l’Europe est de devenir le leader mondial de la mobilité 100 % autonome, tous les nouveaux véhicules étant reliés à l’internet d’ici 2022. Néanmoins, selon la Commission européenne, 90 % des blessures sont dues à une erreur humaine. Mais, avec la 5G, les voitures pourront devenir autonomes.

Le secteur de la santé attend également de nouvelles applications de la 5G. La télémédecine se développe particulièrement. Il y aura des chirurgies à distance dans le futur.

médecin connecté

En attendant, la 5G servira également le secteur de la santé, notamment avec les services de santé à domicile par téléconsultation. La 5 G permettra également d’établir des diagnostics meilleurs et plus rapides, grâce à des appareils qui peuvent être chargés dans les ambulances alors qu’aujourd’hui, c’est impossible.

L’explosion des forfaits data 5G

Les applications liées à la 5G sont très gourmandes en données. Néanmoins, selon Ericsson, notre utilisation de données pourrait atteindre une moyenne de 200 Go par personne et par mois. Par exemple, le fabricant d’équipements prévoit que 10 minutes de réalité augmentée par jour suffiraient pour consommer 50 Go par mois.

La 5g est-elle dangereuse pour la santé?

Il n’y a pas encore de réseau de données 5 G mais cela deviendra une réalité en France courant 2020. Alors qu’on nous promet une transition technique et une transition d’utilisation. Mais on ne s’inquiète guère des conséquences que pourrait avoir le réseau 5 G sur la santé. Néanmoins, en raison des ondes électromagnétiques et du nombre d’antennes 5 G à déployer, le nouveau réseau mobile suscite le scepticisme. Certains hommes, notamment, s’inquiètent des éventuels effets néfastes de 5 G sur la santé.

Comme le sujet n’a pas encore été déterminé par la communauté scientifique, le débat gagne du terrain et les anti-5 G s’amusent beaucoup, surtout sur les réseaux sociaux, où ils n’hésitent pas à diffuser de fake-news.

Mais qu’en est-il vraiment?

Au cours d’une nouvelle étude réalisée en janvier 2020, l’Anses a découvert qu’il lui était déjà difficile d’évaluer les conséquences des ondes de 5 G sur la sécurité. Cette étude « renvoie les résultats de la recherche sur les conséquences biologiques et de sécurité potentielles », et doit être terminée au premier trimestre 2021. Elle contient des conclusions spécifiques.

L’OMS a classé les ondes électromagnétiques parmi les cancérogènes humains « possibles » en 2011. Cependant, il note également que « l’analyse ne peut pas inclure de preuves établissant un lien de cause à effet ».

Bien qu’il y ait en fait peu de précisions à ce sujet, le législateur a fini par demander aux vendeurs de calculer les ondes générées par leurs appareils et d’indiquer le volume des ondes pour les produits de consommation. Le corps absorbe les ondes lorsque la tête et/ou la ceinture sont pesées. Une théorie de précaution.