Technologie

Qu’est-ce que la blockchain et comment fonctionne cette technologie ?

Par Mathilde , le 8 mai 2021
blockchain

Apparues depuis près d’une dizaine d’années, les cryptomonnaies sont aujourd’hui connues de tous. Il existe une panoplie de monnaies électroniques comme le Dash, Monero, Ethereum ou encore le bitcoin qui s’avère d’ailleurs être la monnaie ayant connu le plus de succès. L’ensemble de ces monnaies virtuelles fonctionne aujourd’hui grâce à une seule technologie : la blockchain. Que représente cette technologie et comment fonctionne-t-elle ?

Blockchain : définition

La blockchain, qui se traduit en français par « chaîne de blocs », représente une importante base de données. Elle est utilisée pour la mise à jour, le stockage et le transfert de toutes sortes d’informations.

La technologie se partage de façon simultanée par de nombreux utilisateurs. Chacun d’eux peut alors accéder à une copie de la base de données et donc à l’ensemble des informations qui s’y trouvent. L’hébergement du programme n’étant pas fait que par un seul serveur, son architecture est considérée comme décentralisée. Blockchain fonctionne en effet directement d’un utilisateur à un autre.

L’évolution de la technologie se fait de façon autonome sans l’intervention d’un organe de contrôle. Chaque utilisateur a la possibilité de procéder à une modification de la base de données en vérifiant une transaction ou en ajoutant des informations. Pour ce faire, une vérification préalable se fait grâce à un système de cryptographie. Trois éléments clés composent ce programme :

  • les Blocs
  • les nœuds
  • les mineurs.

Les blocs représentent des ensembles de transactions, certains plus importants que d’autres en fonction de la quantité de données qu’ils contiennent. Ils se différencient par des identifiants (il s’agit d’un code désigné sous le nom de « hash »).

Les nœuds quant à eux, sont les différents ordinateurs grâce auxquels les utilisateurs se connectent à la base de données. Chaque machine garde en mémoire une copie de cette dernière. La copie se fait dès lors que la connexion s’établit.

Par ailleurs, le rôle des mineurs consiste à s’assurer que les blocs créés nouvellement respectent les standards de sécurité. Il s’agit d’un élément crucial du programme puisqu’ils s’assurent de l’authenticité de chaque bloc.

Fonctionnement de blockchain

Lorsqu’un utilisateur émet une transaction, celle-ci est systématiquement combinée avec quelques autres opérations réalisées au même moment. Le groupe formé par ces différentes opérations est le bloc qui, après création, doit obligatoirement passer au contrôle.

Comment s’effectue la validation de bloc ? La blockchain qui se trouve être autorégulée ne nécessite pas l’intervention d’aucune autorité extérieure. Il faut noter qu’il s’agit là de l’un des atouts majeurs de cette technologie.

Les utilisateurs en l’occurrence les mineurs, sont ceux qui s’occupent non seulement de l’authenticité, mais aussi de la sécurité de l’ensemble des blocs. L’analyse suit un processus appelé minage (mining). Il se fait à travers des algorithmes et d’autres calculs et permet de certifier (ou pas) un bloc créé nouvellement. La plupart du temps, les mineurs fonctionnent en coopération.

Le temps de vérification est relativement court. Si certaines validations se font de façon instantanée, d’autres durent quelques secondes ou au plus quelques minutes. Une fois validé, le bloc s’ajoute à une chaîne formée par les blocs précédents. Ainsi, chaque utilisateur du registre peut dorénavant avoir accès à ce nouveau bloc validé. À la fin du processus, l’autre partie reçoit la transaction.

ferme de minage

Le procédé mis en place par la blockchain garantit une parfaite sécurité de toutes les transactions. En effet, en cas d’une cyberattaque, l’accès à l’écosystème n’est possible que si la plupart des nœuds sont hachés, et ce, de manière simultanée. Une telle tentative de piratage ne peut que se solder par un échec puisqu’elle est très rapidement détectable par les nœuds.

L’ensemble des données du programme dispose de trois principales caractéristiques. En premier, il faut dire que les données sont chronologiques, car les transactions se suivent formant une chaîne. De plus, dès qu’une transaction est certifiée, il est impossible de la supprimer. Son inscription dans l’historique est indélébile.

Par ailleurs, les données sont infalsifiables. Dès que la transaction est intégrée, il est impossible de la falsifier. Si une erreur nécessite que la transaction soit annulée, une nouvelle transaction consistant à annuler la première est alors réalisée. Les deux opérations sont donc visibles.

En savoir plus sur la Blockchain

Avantages de la technologie

La structure exceptionnelle de ce programme lui confère quelques avantages.

La traçabilité

Lorsque la chaîne est constituée, il est impossible de supprimer une quelconque information. Une copie du registre du programme est intégralement inscrite sur chacun des nœuds du réseau. Vous avez donc affaire à un système stable qui assure une traçabilité de l’ensemble des données.

Il est de ce fait totalement impossible qu’une action soit dissipée. En cas de transaction frauduleuse, celle-ci est systématiquement détectée. Vous l’aurez compris, cette technologie fonctionne dans une entière transparence.

La sécurité, l’efficacité et l’accessibilité du programme

Le système blockchain est tout simplement inviolable. L’un des enjeux majeurs de la technologie étant la cybersécurité, la sécurité est garantie pour tous les participants. La gestion du programme étant assurée par les utilisateurs, le système reste fonctionnel tous les jours et surtout à toute heure de la journée.

Les transactions qui se réalisent sans l’intervention d’un intermédiaire se font dans des délais extrêmement réduits. Tout le contraire des instances traditionnelles telles que les banques ou le gouvernement.

Par ailleurs, l’absence d’intermédiaires réduit considérablement les coûts. Les frais de contrôle tout comme les frais financiers sont très peu élevés. De plus, des erreurs récurrentes telles que les doublons sont évités.

Qu’en est-il des domaines d’application de la blockchain ?

À l’origine conçue pour être utilisée spécialement dans le domaine des monnaies électroniques, la blockchain peut aussi servir dans plusieurs autres secteurs.

Le secteur de la logistique

La blockchain s’utilise particulièrement dans le domaine agroalimentaire. Grâce à ce programme, les entreprises parviennent à avoir une vision globale de leur chaîne d’approvisionnement. Des données sont enregistrées à chaque étape depuis la phase de production jusqu’à la livraison en passant par l’acheminement.

Étant donné le caractère infalsifiable des données, les clients ont la chance de profiter d’une totale transparence sur les produits mis en vente. Pour les entreprises, il s’agit de l’occasion rêvée pour créer un lien de confiance avec leur clientèle.

Le domaine de la santé

La santé est un autre domaine dans lequel s’applique la blockchain. Grâce à ce système, l’accès aux informations médicales de chaque patient nécessite une autorisation préalable de celui-ci. La mise en place du système dans le secteur de la santé pourrait éradiquer les problèmes liés à la perte d’informations ou au non-respect de la confidentialité.

Le secteur de l’assurance

Grâce à cette technologie d’information, les structures d’assurance seraient en mesure de revoir leur mode de fonctionnement. En effet, ces compagnies auraient la possibilité de recourir à des processus anonymes, automatisés et immédiats pour assurer la gestion des indemnisations des clients.

Le domaine de l’administration

La blockchain est aussi un bon outil pour assurer une bonne gestion des données ainsi que des documents officiels. Grâce au programme, on pourrait noter :

  • une rapidité des transactions immobilières
  • une meilleure classification des différents titres de propriété
  • une bonne conservation de certains papiers importants comme les actes d’état civil ou les diplômes.

En gros, la blockchain permettra de réduire les délais, d’éviter un certain nombre d’erreurs et de réaliser quelques économies.