fbpx
Vers une disparition des comptables en entreprise ?

Vers une disparition des comptables en entreprise ?

Propos farfelus selon les uns, visionnaires selon les autres. Cette approche iconoclaste de la toute puissance des comptables d’entreprise est pourtant une réalité qui devrait s’imposer peu à peu.

Propos farfelus selon les uns, visionnaires selon les autres. Cette approche iconoclaste de la toute puissance des comptables d’entreprise est pourtant une réalité qui devrait s’imposer peu à peu.

Rester en compétition

Les affaires changent sans cesse. Pour survivre, elle doit rester compétitive face à ses rivaux et s’adapter en permanence. Au cours des 15 dernières années, en raison de la prolifération des technologies numériques, de l’internet et de ses communications, les objectifs de flexibilité administrative ont été atteints avec des coûts logistiques réduits et, en particulier, avec un capital humain considérablement limité. Cette révolution technologique n’a pas encore été complètement acceptée par certains gestionnaires et hommes politiques. Dans les années 1990, le traitement de texte a permis d’éliminer les doubles au carbone sur le papier pelure sans modifier les procédures. Nous rendons le papier que nous imprimons un peu plus facile, et nous l’étiquetons comme duplicata de « chronos » (il y en a toujours quelques-uns), l’envoi régulier à la Poste est une organisation, et nous stockons des archives tout suspendues, des armoires, des sous-sols – et le sommet du modernisme c’est… le Fax !

Le fichier PDF, les mails et la mort de … la secrétaire

Vous retournez le courrier sans avoir à l’imprimer ! La quantité de courrier distribuée par La Poste a fait fondre ces méthodes modernes. En effet, celle-ci a été suivie de l’élimination des bataillons de secrétaires, transformés en assistants polyvalents ou, dans le meilleur des cas, précédée d’une démission.

Les pratiques mettent du temps à évoluer, et nous faisons encore beaucoup de papier, mais cela change de plus en plus rapidement.

  • Les paiements sont souvent effectués en ligne ou par e-mail, d’autres envoient également des e-mails de réception (pour être sûr…)
  • les factures ne sont plus imprimées (en tout cas elles ne le seront plus) mais sont rendues accessibles soit sur Internet, soit par fichiers EDI
  • Les banques ont désormais des pages où elles peuvent lire leurs relevés de paiement
  • Les fiches de paie sont mises à la disposition du personnel sur le site internet de l’entreprise (par l’intermédiaire de sa base de données).
Vers une disparition des comptables en entreprise ? 1

Le cloud et la mort des comptables en entreprise

Posons nous quelques questions essentielles :
• De quelles informations a besoin un manager ?
• Ou sont les informations qui sont nécessaires au
manager ?
• A quoi sert la comptabilité ?

Le manager a besoin d’informations stratégiques concernant sa gestion :
– PILOTAGE
• Commandes, livraisons, ventes, panier/facture
moyens
• Chiffre d’affaires, achats, marge
• Coûts sensibles fi xes, variables, masse salariale,
effectif …
• Trésorerie, en-cours global, stocks
• …
– ARBITRAGE
• Positions de comptes, en cours
• Volumes, délais
• Statistiques
• Potentiel de production
• …

La grande quantité de ce matériel est disponible dans la machine de contrôle de l’organisation (CAPE, Gesco, CRM, etc.).
Les besoins comptables de l’entreprise sont, en effet, ponctuels et professionnels. Grâce à l’optimisation, le compte de résultat de pointe est toujours sous-estimé.
Le patron souhaiterait vivement disposer d’une solide vue d’ensemble mensuelle, une situation très réaliste dans les 48 heures, même si elle est un peu empirique. En fin de compte, en ce qui concerne le comptable, le rôle principal de la comptabilité est de remplir les responsabilités fiscales et sociales de l’entreprise et, sur une base trimestrielle, ses obligations légales (distributives) et financières. Le besoin de connaissance, de sensibilité et de service à ces obligations a longtemps été très difficile à satisfaire.

Des structures d’une certaine ampleur ne pourraient donc pas se satisfaire d’une opération externalisée et ne pourraient pas être suffisamment sensibles. Elles devaient mettre en place une infrastructure (informatique, réseau, logiciels) avec un capital humain qualifié très coûteux (saisie, pointage, centralisation, révision). Grâce à son expertise unique, le comptable est fréquemment surpayé. Grâce aux systèmes numériques, la charge de la comptabilité peut être considérablement réduite (vous savez… les secrétaires).

Aujourd’hui si on considère:
– que les entrées d’espèces soient activement et régulièrement pompées par les banques dans notre base de données ;
– que les logiciels de comptabilité exportent autant que possible et sans intervention humaine, tout ce qui est nécessaire pour soutenir la comptabilité du client ;
– que les transactions, bien que non traitées par des machines, puissent être effectuées par identification optique des factures et ensuite presque exclusivement par intégration de fichiers ;

A quoi sert désormais de tenir sa comptabilité chez soi ?

Il ne fait aucun doute que le produit des sociétés comptables modernes en termes de services de conseil liés, combiné à leur capacité inhérente à effectuer une comptabilité en nuage en temps réel, permettrait aux PME de réaliser des économies très importantes. Les comptables d’entreprise sont donc condamnés à se séparer, dans les systèmes les plus élevés, des experts en affaires qui soutiennent leur rémunération. La PME de demain peut disposer d’un ordinateur dans un centre de données ou stocker les données et les applications dans le nuage. Dans tous les cas, les données seraient sûres, stockées, assurées, disponibles de n’importe où et protégées par des interventions internes et externes.
Ce n’est pas demain, vraiment, c’est maintenant.

Partager
Praesent ut ipsum Phasellus Aliquam mattis sit mattis ut