fbpx
Halloween, son étrange origine

Halloween, son étrange origine

La Fête d’Halloween est remise à la mode après de nombreux siècles d’oubli. C’est une fête très populaire aux Etats-Unis, mais elle est originaire d’Europe. Avant de nous revenir de son voyage américain avec une bonne teinte commerciale, Halloween n’avait pas cessé d’être fêtée en France dans des régions comme l’Alsace ou la Lorraine

Ce jour-là, tous les enfants se déguisent parfois, mais aussi les parents.

Le thème est l’horreur : Masques de zombies, fantômes, démons, Dracula, Frankenstein, sorcières et bien d’autres encore… Tant que c’est terrifiant !

Les enfants vont de porte en porte le soir, et se font offrir des friandises et des chocolats par le slogan « un terrible tour ou une friandise ! « Il est également populaire d’acheter une citrouille et de la sculpter en forme de tête effrayante.

Après de nombreuses années d’oubli, Halloween est de nouveau à la mode. C’est une évasion américaine très célèbre, mais elle est allemande. Halloween avait été observé en France dans des régions comme l’Alsace et la Lorraine, jusqu’à ce qu’il nous revienne de sa tournée américaine avec un bon éclat commercial.

Halloween, son étrange origine 1

Pourquoi Halloween ?

Comme la plupart de nos vacances, Halloween est une fête dont les racines sont profondes.

Elle a été renforcée au fil des ans par des pratiques de la Rome antique, de l’Europe du Nord et de l’Irlande qui remontent au début de notre époque, à la fête celtique de Samain.

Cette fête a été introduite aux États-Unis au cours du XIXe siècle, sous l’influence des Irlandais, où elle est devenue très populaire.

Aujourd’hui, elle revient en Europe imprégnée de tradition.

Toutes ces traditions ont en commun une fête de clôture de la saison des récoltes et une déclaration d’hiver.

Le bétail est de retour et les greniers sont remplis, mais les pays de l’hémisphère nord sont confrontés à une obscurité croissante et à la disparition des forêts.

Les Celtes prétendaient que les mauvais esprits profitaient des soirées pour venir hanter les vivants, plus tard dans la saison morte.

Avec ce changement, les anciens instincts de la nuit sont réveillés.

On dit que la dimension nocturne n’appartient plus aux vivants mais à des êtres surnaturels tels que les esprits, les démons, les sorciers… D’où les déguisements de la nuit d’Halloween pour les enfants et les jeunes.

Halloween, son étrange origine 2
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La nuit de Saman, Nouvel An le 31 Octobre

Les Gaulois étaient les tribus celtiques les plus riches et les plus nombreuses. Cette prééminence était telle que les Grecs et les Romains appelaient les Celtes : Gaulois L’année gauloise commençait à la fin de l’été, aujourd’hui elle correspond au 31 octobre.

Le mythe veut que ce jour-là, les esprits des défunts se mêlent aux vivants. Une des croyances synonymes de cette fête est de laisser de la nourriture aux portes du village et de la donner aux fantômes pour apaiser leurs esprits.

Le bétail est ramené des prairies aux étables et le soleil est remercié pour la récolte, qui aide à lutter contre l’obscurité et le froid.

On supposait que les esprits pouvaient rendre une brève visite à leurs parents en ce dernier jour de l’année, tandis que le dieu de la mort tentait de rassembler les âmes de ceux qui étaient morts dans l’année pour révéler leur sort…

La fête de Samain était la plus importante des fêtes gauloises. Le porc habituellement consommé à table était complété par deux taureaux blancs attachés par les oreilles, abattus après la sélection du gui. Tout le village était réuni à cette fête. On y buvait de la bière, du vin, de l’hydromel… La fête durait d’une semaine à quinze jours, et pour être sûr d’effrayer les esprits, les Gaulois étaient maquillés et portaient des costumes effrayants.

Il a fallu de nombreuses années pour que Samain soit adopté dans le calendrier catholique. Au VIIIe siècle, la fête des saints, qui se déroule tout au long du mois de novembre, a été déplacée par le pape Grégoire III. Le pape Grégoire IV installa Toussaint vers l’an 840, décrétant qu’elle serait observée ce jour-là et la veille. En 1048, le 2 novembre, Odilon de Cluny choisit le jour des morts.

C’est de cette époque que viendra le mot anglais. All Hallows’ Day for All Saints Night, All Hallow est la nuit la plus sainte avant et même plus tard appelée Halloween.

Au fil des ans, la coutume est devenue une fête d’enfants. Ces derniers, déguisés en fantômes, vont demander des bonbons de porte en porte…

En France, il y avait une tradition chez les enfants de Bretagne dans le Finistère, au moins jusqu’au milieu du XXe siècle, d’approcher la Toussaint, de creuser des betteraves, de faire des trous en forme de d, des yeux, du nez et de la bouche, de placer un morceau de bougie et de tout fermer ; en plus de cette lanterne à tête humaine, placée la nuit sur un talus ou dissimulée dans le sous-bois ou broussaille.

En Lorraine, la Rommelbootzennaat (la nuit des betteraves grimaçantes en dialecte lorrain) est une fête célébrée en Moselle à la veille de la Toussaint, principalement dans le Pays de Nied et la région voisine de la Sarre. La veille de la Toussaint, les enfants créent même des têtes grimaçantes dans des betteraves, des légumes dont la récolte marque la fin des travaux des champs. Éclairées par la lumière du flambeau, les têtes sont posées sur les rebords de fenêtres, les étangs, les murs du cimetière ou les carrefours pour effrayer les passants. Cette tradition était déjà observée avant la fin des années 1990, lorsque la tendance Halloween est revenue en Europe.

Halloween, son étrange origine 3

La légende de Jack O’Lantern

Un soir, dans un pub, John, un maréchal-ferrant irlandais, ivrogne et avare, lançait le démon.

Comme d’habitude, ce dernier tente de persuader Jack d’abandonner sa vie en échange de mauvaises faveurs…

Jack supplie alors le Diable de lui donner un dernier verre de succomber avant qu’il n’accepte le contrat. Le Démon se transforme alors en une pièce de six pence pour dédommager le patron du pub.

Jack saisit rapidement la pièce et la met dans son sac à main. Elle contient bien un crucifix en argent, mais, le Diable ne pouvant plus être tourné, il est coincé dans la forme de cette petite pièce !

Puis Jack obtient du Malin qu’il ne réclame pas son âme avant que dix ans se soient écoulés et que le Diable accepte…

Dix ans plus tard, sur une route de campagne, Jack rencontre le Diable : ce dernier déclare la dette.

Jack, réfléchissant rapidement, répondit : « Je vais venir ici, mais pourriez-vous d’abord me prendre une pomme de cet arbre ? » Le Démon s’assoit sur le dos de Jack, collé aux racines du pommier. Jack sort alors son couteau et grave une croix sur le tronc de l’arbre et coince le Démon une fois de plus.

Puis le maréchal-ferrant rusé reçoit la promesse du Diable qu’il ne prendra jamais son âme… Le Démon accepte et Jack efface le crucifix de l’arbre, sans autre remède.

Jack disparaît, quelques années plus tard. En raison de sa vie d’ivrogne, il se voit refuser l’accès au paradis.

Il se dirige vers le Seigneur, dans la détresse. Il lui rappelle, aux portes de l’enfer, qu’il ne peut pas prendre son âme… « Alors, où dois-je aller ? » se demande Jack. « Retourne d’où tu viens », lui répond le Diable !

Il était calme, froid et tourbillonnait avec un vent fort. Alors Jack demanda au diable s’il y avait quelque chose qu’il pouvait lui éclairer sur la route. Le Démon lui a envoyé une braise dans un geste de gentillesse. Jack l’a placée dans un navet qu’il consommait afin de le protéger du vent glacial. Depuis lors, Jack est condamné à marcher au milieu des ténèbres comme un homme à l’agonie…

Partager
Aliquam commodo leo Phasellus mattis nec et, ante. venenatis consectetur